Comment démarrer sa moto “à la poussette” ?

Pour une moto, il existe trois manières de la démarrer. Avec le bouton de démarrage, l’utilisation du kick et enfin, la méthode à la poussette. Concernant ce dernier, il s’utilise en dernier recours, dans le cas où les deux premières méthodes ne marcheraient pas. Pour réaliser la technique de démarrage d’une moto à la poussette, voici les étapes à suivre.

Les bases à connaitre sur le démarrage

Même si la moto refuse de démarrer, il est conseillé de toujours réaliser une check-list de ce qu’il faut faire pour la démarrer : branchement de la clé de contact, allumage du bouton de démarrage, mettre au point mort la vitesse, etc. Une fois les check-lists terminées, il faudra se mettre du côté gauche de la moto pour avoir un bon appui. Il faudra ensuite pousser la moto. À noter que le démarrage à la poussette ne demande pas trop de vitesse. Il faut juste au minimum 10 km/h. Pour certaines motos à gros cylindre, cette technique de démarrage demande beaucoup plus d’effort physique. Le mieux à ce moment-là c’est de se faire aider (pour pousser la bécane).

Le coup de pouce est indispensable

Afin de réaliser facilement le démarrage à la poussette, le mieux c’est de se faire aider par une personne pour pousser la moto. Pour se faire, les deux personnes doivent être synchronisées pour relâcher l’embrayage et sauter rapidement sur la moto. En temps normal, le moteur démarrera à cet instant, mais si ce n’est pas le cas, c’est que la vitesse n’était pas assez puissante pour l’allumer ou que la synchronisation des deux personnes était mal coordonnée. Il faudra alors reprendre au tout début. Une fois que le moteur démarre, le conducteur devra tout de suite appuyer sur l’embrayage (pour éviter d’être calé). Dans le cas d’une batterie à plat, pour la recharger, la moto devra rouler pendant au minimum 20 minutes pour la recharger.

L’idéal c’est de démarrer sur une pente

Pour démarrer la moto façon « à la poussette », l’idéal c’est de prendre de la vitesse au-dessus d’une pente. Ainsi, l’effort physique reste minime et une seule personne ne peut aussi le faire sans l’aide des autres. La poussée devra par contre avoir une vitesse assez suffisante avant d’appuyer sur le bouton d’allumage. Dans le cas où le moteur ne s’allumerait pas (à cause d’une vitesse insuffisante) il sera très difficile de remonter la pente et de tout refaire.

Quelle assurance choisir pour votre moto ?
Comment bien rouler sous la pluie en moto ?